[Total : 5    Moyenne : 4/5]

La composition du Maté
Calories : 0%
Vitamines B3 : 15%
Vitamines B2 : 6%
Zinc : 8%
Fer : 15%
Magnésium : 4%
Potassium : 19%

Selon le maté que vous consommez cette composition peut variée en fonction des herbes qui ont pu être rajouté dans le paquet de Yerba Maté.

Les effets du maté sur la santé
Le peuple Guarani consommait du maté pour « chasser la fatigue » et « apporter la bonne humeur ». Depuis d’autres bienfaits ont été constatés :
Antioxydant : riche en antioxydant il lutte contre le vieillissement des cellules.
Amaigrissant : c’est un brûle-graisse. Il régule aussi l’appétit.
Stimulant : Il combat la fatigue physique et mentale et améliore la vigilance et l’attention.
Antidouleur : sa consommation permet de soulager des maux de tête et des douleurs rhumatismales.
Diurétique : permet d’éliminer les toxines

Composition et origine du yerba Maté bio

Composition et origine du yerba Maté bio

Les modes de préparation du maté
En Argentine, le Maté se consomme habituellement avec la méthode traditionnelle dans une calebasse avec une bombilla (sorte de paille métallique avec un filtre à une extrémité).
Il existe cependant d’autres méthodes et d’autres façons de consommer cette boisson.
La Calebasse :
Le plus souvent il s’agit d’une courge creusée puis séchée dans laquelle on insère les feuilles de maté. On peut également trouver des pots à maté en bois ou en céramique.
Quelques soit le matériau utiliser pour le pot à maté, il en existe de toutes les tailles de formes très diverses et décorée ou non.
Ci-dessous quelques exemples de pot à maté.
La Bombilla :
Il s’agit d’une pipette métallique avec un filtre à une extrémité et qui permet d’aspirer le maté sans feuilles.
Selon les modèles le filtre est simplement en forme de poire percé, ou à ressort, ou de fines fentes ont été faites à la base de la bombilla.
La plupart des bombillas se démonte au niveau du filtre pour un meilleur nettoyage.
Comme les calebasses il en existe de toute les tailles et de différentes formes et décoration.

L’origine et l’histoire du maté

L’origine
Le peuple Guarani est le premier utilisateur du maté. Leur territoire couvre le Paraguay, le nord de l’Argentine et le sud du Brésil. Ce peuple utilisait cette boisson qui « chassait la fatigue » et « favorisait la bonne humeur ». Ils l’utilisaient aussi comme base dans leurs médicaments.
Les jésuites
A l’arrivée des Jésuites dans la région la culture du maté a été organisée. Ainsi, des missions ont été crée le long du fleuve Rio Parana Alto et la culture du maté à largement contribué à créer la richesse des jésuites qui employaient le peuple Guarani dans leur mission.
Les gouvernements locaux agacés de voir ainsi les jésuites s’enrichir avec le maté les ont chassés et ont pris à leur compte la gestion de la culture du maté. Le peuple Guarani vit alors une période très délicate.
De leur coté, les européens n’en entendirent parler qu’au XVIème siècle par les récits de voyages des explorateurs espagnols. Ceux-ci ont rapportés que les indiens préparaient une infusion de feuilles favorisant la bonne humeur et chassant la fatigue. Les espagnols ont ensuite adoptés cette boisson.
La boisson nationale et conviviale
Le maté reste le compagnon des moments de repos, de convivialité et d’inspiration de nombreux sud-américains car il est définitivement enraciné dans leur histoire, dans leur culture et dans leurs habitudes. C’est devenu un symbole national dans plusieurs pays d’Amérique du Sud comme l’Argentine, le Paraguay, l’Uruguay.
Dans ces pays-là, être invité à partager un maté est un geste de partage et de convivialité. Vous entrez ainsi dans un cercle d’amitié.

La culture d’Ilex Paraguarensis

Ilex Paraguarensis est un arbre à feuilles persistantes de la famille des Houx.
Originaire d’Amérique du sud (Argentine, Paraguay, Uruguay et sud du Brésil), il pousse facilement au bord des rivières dans les forets montagneuses situées entre 500 et 700 mètres d’altitudes. A l’état naturel l’arbre peut atteindre 20m de hauteur. En culture il est taillé pour atteindre au maximum 4 à 8m.

La culture intensive de la Yerba Maté endommage la forêt tropicale. Des projets favorisant une culture durable moins néfaste pour l’environnement sont en cours.


[Total : 2    Moyenne : 3/5]

Description de la yerba maté bio antioxydant naturel puissant (Ilex paraguariensis):

La yerba maté (Ilex paraguariensis), parfois appelée « thé du Paraguay », « thé des Jésuites » ou « thé du Brésil », est une espèce sud-américaine du genre Ilex (comme les houx) et de la famille des Aquifoliaceae. Ses feuilles, torréfiées, pulvérisées et infusées dans l’eau chaude, fournissent une boisson stimulante, le maté, aux effets semblables à ceux du café ou du thé.
La yerba maté est cultivée principalement au Paraguay, en Argentine, en Uruguay et dans le sud du Brésil. Les Guarani sont réputés comme étant les premiers à l’avoir cultivé, et ensuite les missionnaires Jésuites en ont répandu l’usage dans le reste de l’Amérique du Sud, aussi loin qu’en Équateur.
C’est pourtant une espèce quasi-menacée, notamment à cause de la déforestation.

MATE-YERBA MATE-Ilex paraguariensis

MATE-YERBA MATE-Ilex paraguariensis

Parties utilisées
-feuilles

Propriétés / Effets /Indication :
Effets du maté (bienfaits du maté) :
Stimulant, diurétique, amaigrissante : glycogénolytique (brûle le sucre) et lipolytique ou lipo-réducteur (brûle les graisses), anti-oxydant, anti-cellulite, contre le vieillissement cellulaire.
Indications du maté :
Fatigue, excès de poids, complément lors d’un régime, cellulite,°diabète (lire le commentaire ci-dessous).
Effets secondaires : excitation, nervosité
Contre-indication : problèmes cardiaques (due à la teneur en caféine)
Interactions : aucun connu, à notre avis


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

yerba maté, provient d’un arbre qui peut mesurer jusqu’à 20 mètres dans les forêts tropicales, mais qui est taillé en arbuste d’une hauteur de quatre à huit mètres lorsqu’on le cultive. Il pousse au Paraguay, en Uruguay, en Argentine et au Brésil. Dans ces pays, on en consomme depuis des centaines d’années, et un rituel social entoure cette boisson qui est souvent consommée en groupe. On le cultive aussi maintenant dans d’autres pays tels que l’Inde, le Liban et la Syrie. Sa popularité au Québec date d’environ cinq ou six ans.

Le maté : une boisson de rechange au café ?

Le maté : une boisson de rechange au café ?

Le maté
sous ses différentes formes

Vous pouvez, entre autres, vous en procurer dans les magasins d’aliments naturels. On vend les feuilles de maté
coupées en morceaux. Elles sont parfois mélangées à un peu d’écorce.
Il est aussi possible de l’acheter en sachet. Certaines boissons contenant un mélange de maté et d’autres plantes sont également en vente.
« Le maté se boit chaud ou froid », affirme la consultante en ayurvéda Vanesa Curutchet, qui est originaire de l’Argentine. On peut aussi
se le procurer sous forme de teinture mère. Il s’agit d’un extrait liquide fait à base de feuilles de maté macérées dans l’alcool.
Vous pouvez en ajouter quelques gouttes dans de l’eau. Combiné à d’autres plantes, on le vend en capsules. Des feuilles de maté aromatisées
à l’orange, à la menthe ou au pamplemousse sont également offertes.

Différentes façons de consommer
cette infusion

En Amérique du Sud, on utilise une gourde appelée calebasse, ainsi qu’une paille en métal appelée bombilla,
pour le consommer. « C’est très traditionnel, ça fait partie de notre culture. Le maté permet aux gens de socialiser. On voit souvent
des gens sur les plages d’Amérique du Sud avec leur gourde remplie de maté », affirme la consultante en ayurvéda.

Vous pouvez toutefois boire votre maté

dans une tasse. Mettez une cuillère à thé de feuilles dans le fond de votre tasse, puis ajoutez de l’eau chaude. Ne faites pas
bouillir l’eau pour ne pas détruire les nutriments et altérer le goût. Laissez infuser pendant quelques minutes, filtrez la boisson
et consommez-la. Si vous buvez le maté en groupe, mettez deux cuillères à table de feuilles.

L’herboriste de la Clef des Champs,

Geneviève Sirois, vous suggère de le préparer dans une théière. Ainsi, vous pourrez laisser les feuilles dans le fond et reverser de l’eau à plusieurs reprises pour pouvoir en consommer plus d’une
fois. Elle vous recommande de mettre les feuilles dans la théière, d’ajouter un peu d’eau froide, de laisser les feuilles s’imprégner durant quelques minutes et d’ajouter de l’eau chaude, non bouillie.
Filtrez ensuite pour ne conserver que la boisson. La quantité de feuilles dépend du nombre de tasses de liquide que vous souhaitez obtenir.

Un goût particulier

Le maté a un goût fort, amer et persistant. Vous pouvez ajouter du lait, du sucre ou du miel à votre infusion.

Les propriétés du maté

Le maté est reconnu pour sa teneur en caféine. Il contient deux fois plus de caféine que le thé
et la moitié moins de caféine que le café. « L’effet se fait sentir rapidement, comme lorsqu’on boit un café. Il améliore la
concentration, la vivacité d’esprit et la capacité d’attention », affirme la naturopathe agréée Roseline Gagnon. Il réduit aussi la
fatigue physique et mentale.

Le maté est très riche en antioxydants. Il contient des vitamines C, A et E, une grande variété de vitamines
du groupe B, des polyphénols, des flavonoïdes et des tannins.

Il renferme plusieurs minéraux (calcium, magnésium, phosphore et potassium) qui alcalinisent l’organisme et
contribuent à prévenir les maladies chroniques, telles que l’arthrite et l’arthrose. Il contient aussi du fer, du manganèse, du sélénium
et du zinc. Des acides gras essentiels et des acides aminés font partie de sa composition.

Cette plante augmente le métabolisme et favorise la perte de poids. C’est un diurétique; il favorise donc
le travail des reins. Il aide à traiter l’anxiété, soulage les sinusites et les allergies, renforce le cœur et le système immunitaire,
a des propriétés anti-inflammatoires, favorise la circulation sanguine et aide à la digestion. Ses propriétés astringentes sont intéressantes
pour ceux qui souffrent de côlon irritable. Il réduirait même l’apparence des rides.

Vanesa Curutchet affirme que l’on attribue certains bienfaits au maté en ayurvéda. « Le maté est maintenant
consommé en Inde et on l’a récemment ajouté à la pharmacopée ayurvédique. » On l’utilise, entre autres, pour traiter les maux
de tête, diminuer les symptômes de la dépression, combattre la fatigue et les douleurs causées par des rhumatismes.

À consommer avec modération et prudence

Roseline Gagnon croit que le maté peut vous aider à augmenter votre niveau d’énergie sur une
courte période. Toutefois, elle affirme qu’il n’est pas conseillé de le consommer à long terme, en raison de sa teneur en caféine. Elle
ne le recommanderait pas pour un usage thérapeutique.

Puisqu’il contient de la caféine, le maté peut avoir quelques effets secondaires. Évitez d’en prendre
le soir pour ne pas faire d’insomnie. Si vous en prenez en trop grande quantité, vous pourriez être nerveux ou agité, ressentir des irritations
au niveau de l’estomac et des intestins, avoir des palpitations cardiaques ou une augmentation de votre pression artérielle.

Évitez de prendre du maté si vous consommez des médicaments analgésiques, tels que de l’aspirine et du Tylenol,
car la caféine augmente l’absorption de ces médicaments. La caféine inhibe l’effet des médicaments anti-acide et l’absorption des médicaments
visant à traiter l’ostéoporose.

Les gens qui ont des problèmes de vésicule biliaire devraient prendre leurs précautions, puisque le maté augmente la circulation de la bile.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le maté bio antioxydant naturel puissant ou chimarrão est une infusion traditionnelle issue de la culture des Amérindiens Guaranis consommée en Argentine, au Chili, au Paraguay, en Uruguay, au Brésil méridional, en Bolivie, au Proche-Orient, au Liban, Syrie et de plus en plus en Turquie.

Le conteneur utilisé pour la préparation du maté est une part très importante de la culture de ces pays où il n’est pas rare de voir des personnes boire le maté dans la rue. En Syrie, la boisson est préparée dans un simple verre comme pour un thé.

La plante

La plante utilisée, la yerba maté (Ilex paraguariensis), parfois appelé « thé du Paraguay », « thé des Jésuites » ou « thé du Brésil », est une espèce sud-américaine du genre Ilex (comme les houx) et dont les feuilles, que l’on torréfie et pulvérise, fournissent, infusées dans l’eau chaude, une boisson stimulante, aux effets semblables à ceux du café ou du thé.
Le maté appartient à la famille des Aquifoliacées. Elle est traditionnellement utilisée dans les asthénies fonctionnelles. Les feuilles sont inscrites à la pharmacopée française et il existe plusieurs spécialités pharmaceutiques.
Cette plante contient des bases xanthiques : caféine, théobromine, théophylline. Elle contient également des flavonoïdes, des saponosides triterpéniques et des vitamines.
Elle stimule le système nerveux central. Elle est également cardiotonique et diurétique et elle augmente la glycolyse et la lipolyse.

Noms et leur origine

Le mot maté utilisé dans les pays hispanophones vient du quechua mathi, qui désigne une sorte de calebasse, récipient traditionnellement utilisé pour boire le maté et toujours utilisé. La prononciation locale, en Argentine, au Paraguay et en Uruguay, transforme le premier son de Yerba en ajoutant une friction. En phonétique, cela donne /’ʃɛrβa/ ou /’ʒɛrβa/. En portugais, l’herbe est appelée Erva mate (/’ɛrva ‘mati/). Les jésuites, présents au Paraguay pendant deux siècles, développèrent sa culture et l’étendirent dans les pays voisins : Uruguay, Chili, Bolivie, Argentine et dans les provinces sud du Brésil. Le maté est d’ailleurs appelé le thé des jésuites.
Dans les trois États du sud du Brésil, celui du Rio Grande do Sul, de Santa Catarina et du Paraná, le maté est connu sous le nom de chimarrão mais sa composition demeure identique.
En Bolivie, le mot « maté » désigne toute infusion de plantes, comme la coca (Erythroxylum coca), la camomille ou l’anis. Par exemple, le tri-maté (ou tres matés) est un mélange des trois plantes citées ci-dessus.

Yerba Maté bio origines, préparation traditionnelle

Yerba Maté bio origines, préparation traditionnelle

La boisson

Un maté avec sa bombilla, prêt à consommer.
Cette boisson, consommée chaude ou froide au Brésil et au Paraguay (quand c’est froid, on l’appele “tererè” et on la boit dans une espèce de corne “guampa”), de goût fort et amer, est préparée avec des feuilles de yerba maté. Elle se boit dans une calebasse grâce à un tube métallique qui sert aussi de filtre, la bombilla. Pour le savourer, les gaúchos s’organisent en cercle où il passe de main en main selon un rituel très précis qui invite par exemple les participants à faire circuler la calebasse dans le sens anti-horaire afin de faire passer le temps moins vite.
Cette boisson traditionnelle aiderait à supporter le froid de l’hiver et symbolise par ses rites de consommation la fraternité et l’hospitalité des gaúchos.
Le maté est une infusion, ce qui implique chez beaucoup d’usagers l’utilisation d’ustensiles spécifiques, mais le maté existe maintenant en sachets.

Préparation traditionnelle

La méthode la plus courante consiste à disposer avec soin l’herbe dans la calebasse (cuia au Brésil) avant d’y ajouter de l’eau chaude. Suivant cette méthode, la calebasse est tout d’abord remplie d’herbe à moitié ou aux trois-quarts. Après cette opération, il est possible d’ajouter d’autres plantes aux vertus curatives ou aux qualités gustatives — une pratique très courante au Paraguay, où l’on peut se procurer des plantes auprès de la yuyera locale (herboristerie), le maté étant utilisé comme ingrédient de base entrant dans la composition des infusions de plantes. Une fois la calebasse remplie, la coutume veut que le préparateur la saisisse à pleine main, en couvrant et en bouchant sommairement l’ouverture avec la paume de sa main. Ensuite la calebasse est retournée et secouée vigoureusement, mais brièvement (et avec une intensité progressivement décroissante) dans cette position renversée, de telle façon que les particules les plus fines et les plus poudreuses de l’herbe forment un dépôt près de la paume de la main du préparateur et dans la partie supérieure de la calebasse.
Une fois que l’herbe s’est déposée, la calebasse est mise dans une position plus ou moins oblique, l’ouverture inclinée en légère surélévation par rapport à la base, avant d’être à nouveau secouée, mais cette fois-ci doucement et uniquement suivant un mouvement latéral. Cette opération permet à l’herbe de continuer à se déposer à l’intérieur de la calebasse, de sorte que non seulement les particules les plus fines se trouvent près de l’ouverture, mais l’herbe se répand également en couches le long d’un côté, les plus grandes tiges et d’autres éléments formant une séparation entre l’espace vide d’un côté de la calebasse et l’amas d’herbe déposé en biais de l’autre côté.
Une fois l’herbe placée le long d’une paroi de la calebasse, celle-ci est remise sur sa base, pour éviter au maximum de perturber encore la disposition de l’herbe à l’intérieur, car elle est réorientée pour permettre la consommation. Il est important que l’amas d’herbe en biais reste dans cette position, avec son extrémité poudreuse toujours plate et à hauteur maximum de la calebasse, du moins en partie, alors que la couche de tiges présente sur le long de la paroi glisse vers le bas et s’accumule dans la partie précédemment vide à l’opposé de l’endroit où se trouve l’herbe (bien qu’une partie devrait rester en place).
Toute cette opération consistant à disposer sciemment l’herbe a comme objectif principal de s’assurer que le maté qui sera bu ultérieurement au moyen de la bombilla (bomba au Brésil) contient le moins de particules possible (les particules les plus fines doivent être aussi éloignées que possible de l’extrémité filtrante de la bombilla), pour une bonne circulation du maté. Les particules de plus grande taille et les tiges en particulier aident également au processus de filtration qui se produit à chaque fois que l’on exerce une aspiration sur la bombilla. En outre, la disposition inclinée garantit également une concentration et un goût appropriés et consistants à chaque remplissage de la calebasse, ce qui multiplie le nombre de fois où elle peut être remplie.
On insére la bombilla soit dans la calebasse déjà remplie d’eau frémissante soit dans l’herbe sèche. Si la bombilla a été insérée dans l’herbe sèche, la calebasse doit être remplie d’eau froide une fois jusqu’à absorption complète pour éviter d’ébouillanter la plante et de provoquer une décomposition chimique de certains de ses nutriments. L’eau chaude peut ensuite être ajoutée dans la cavité opposée à l’endroit où se trouve l’herbe, presque jusqu’en haut de la calebasse et jusqu’à saturation complète de l’herbe en gardant sec le dessus gonflé de la yerba à côté du rebord de la calebasse. La bombilla est insérée en biais plus ou moins perpendiculairement à la paroi où se trouve l’herbe, de sorte que son extrémité filtrante se déplace dans la partie la plus profonde de l’herbe et vienne se mettre près ou contre l’autre paroi de la calebasse. Il est déconseillé de remuer la bombilla car le maté se transforme en une pâte imbuvable.
Une fois l’eau chaude ajoutée, l’herbe infuse et le maté peut être bu et on peut remplir la calebasse de nombreuses fois encore en plaçant l’amas d’herbe de côté sur une paroi de la calebasse, ce qui permet d’ajouter de l’eau le long de l’autre paroi.

Effets sur la santé

La recherche in vivo et in vitro montre que la plante du maté possède un effet important contre le cancer. Des chercheurs de l’université de l’Illinois (2005) montrent que la plante du maté est « riche en composants phénoliques » et qu’elle possède la propriété d’« empêcher la prolifération des cellules buccales cancérigènes ».
Une étude faite par l’Agence internationale de recherche du cancer montre une corrélation limitée entre le cancer buccal et le fait de boire du maté chaud. En tenant compte d’autres facteurs, tels que la température de l’eau et les différentes habitudes des consommateurs, l’étude conclut que le maté « ne peut être classifié comme cancérigène pour les humains. »
En Amérique latine, les mineurs de fond et autres travailleurs dans des domaines difficiles, tels que les porteurs en altitude, boivent du maté de coca, une boisson tonique.

Autres usages

Dans son célèbre livre Paraguay Natural, le père Jésuite Sánchez Labrador présente un usage plus rare. En laissant fermenter la yerba dans l’eau ou de manière plus rapide en chauffant les feuilles dans l’eau dans un premier temps et en pressant les feuilles ensuite, le liquide obtenu sert d’encre noire pour écrire. L’encre noire constitue également selon lui une très bonne teinture.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Noms communs : yerba maté, maté, thé des Jésuites, thé de Saint-Barthélémy, thé du Paraguay.
Nom botanique : Ilex paraguariensis, famille des aquifoliacées
Noms anglais : yerba mate, mate.

Partie utilisée : feuilles.
Habitat et origine : arbre à feuilles persistantes, originaire du Paraguay, du Brésil, de l’Argentine et de l’Uruguay. Il pousse naturellement au bord des ruisseaux, dans les forêts montagneuses situées entre 500 m et 700 m d’altitude. Dans de telles conditions, l’arbre peut atteindre 20 m de hauteur tandis que, en culture, on le taille de manière à ce qu’il ne dépasse pas les 4 m à 8 m.

Posologie du yerba maté

Vigilance, performances cognitives, fatigue physique et mentale

Il faut généralement une dose d’au moins 60 mg de caféine (l’ingrédient actif principal du maté) pour obtenir un effet notable sur la vigilance et les performances cognitives. Cet effet peut durer quelques heures. Cependant, les grands consommateurs de caféine pourraient avoir besoin de doses plus importantes (200 mg et plus) en raison du phénomène d’accoutumance. Une tasse de yerba maté (8 g de feuilles séchées) procure approximativement de 70 mg à 90 mg de caféine, soit un peu plus qu’une tasse de thé (30 mg à 50 mg) et un peu moins qu’une tasse de café. (75 mg à 180 mg).

Note. Dans certains pays d’Amérique du Sud, on boit le yerba maté au lieu du café ou du thé. La consommation moyenne y est de 27 g de feuilles séchées par jour (près de 300 mg de caféine). Les dosages « médicinaux » qui suivent sont ceux fixés par la Commission E allemande et sont nettement plus faibles (environ 20 mg de caféine par dose).

Feuilles séchées. Prendre jusqu’à 2 g par jour.
Infusion. Infuser 2 g de feuilles séchées dans 150 ml d’eau bouillante durant 5 à 10 minutes. Prendre de 1 à 2 tasses par jour.
Extrait fluide (1:1). Prendre 2 ml, 1 à 2 fois par jour.
Teinture (1:5). Prendre 10 ml, 1 à 2 fois par jour.

Historique du yerba maté

Les peuples indigènes du Brésil et du Paraguay boivent du yerba maté depuis les temps les plus anciens. De leur côté, les Européens n’en entendirent parler qu’au XVIe siècle, par les récits de voyage d’un explorateur espagnol. Ce dernier rapportait que les Indiens guarani du Paraguay préparaient une infusion de feuilles favorisant la bonne humeur et chassant la fatigue. La boisson fit fureur en Espagne, ce qui incita les Jésuites en mission au Paraguay à implanter la culture des arbres qui produisaient les feuilles tant convoitées, d’où son nom de « thé des Jésuites ».

La culture du maté cause des dommages à la forêt humide. Des projets pilotes sont en cours dans le but de trouver des méthodes de production moins néfastes pour la faune locale. De petites entreprises régionales cherchent aussi à développer une culture durable et un commerce équitable de la plante.

Le yerba maté est également cultivé en Inde : il fait partie de la pharmacopée ayurvédique pour le traitement des maux de tête, de la fatigue, de la dépression nerveuse et des douleurs rhumatismales.

Le nom « maté » vient de l’espagnol et signifie « gourde », une allusion à la petite calebasse dans laquelle on sert la boisson en Amérique du Sud. À l’infusion de maté, on ajoute parfois du jus de citron ou du lait et du sucre. Le maté est aussi servi avec une paille, généralement métallique, munie d’un filtre à la base, ce qui permet d’éviter d’avaler la poudre de feuilles séchées qui reposent au fond de la petite calebasse. Au Paraguay et en Uruguay, sa consommation comme stimulant quotidien est plus répandue que celle du café ou du thé.

Recherches sur le yerba maté

Les effets stimulants du yerba maté sur le système nerveux central sont dus en grande partie à la caféine qu’il contient. Pour en savoir plus sur cette substance, consultez la fiche sur la caféine.

Vigilance et fatigue. La caféine contenue dans le yerba maté stimule le système nerveux central, ce qui renforce l’attention et aide à lutter contre la somnolence et l’endormissement. L’expérience quotidienne en témoigne et les résultats des essais cliniques les plus récents ne laissent pas de doute.

Cognition (mémorisation, perception, apprentissage, etc.). Plusieurs essais cliniques montrent que la caféine, un des principaux ingrédients du yerba maté, peut améliorer les performances cognitives à court terme. Toutefois, aucune de ces études n’a été réalisée avec des préparations à base de yerba maté.

Cholestérolémie. La consommation quotidienne d’environ 4 tasses de yerba maté a réduit de façon significative le taux de cholestérol chez des personnes ayant une cholestérolémie normale ou élevée. Elle a aussi amélioré l’équilibre entre le mauvais cholestérol (LDL) et le bon (HDL), chez les personnes sujettes à la dyslipidémie ou à l’hypercholestérolémie, y compris chez celles suivant déjà un traitement de statines.

Perte de poids. En Grande-Bretagne et en France, le yerba maté est accepté comme adjuvant aux cures d’amaigrissement en raison de l’effet coupe-faim de la caféine. En Suisse, une étude sur des produits amaigrissants a révélé qu’un produit à base de yerba maté pourrait avoir un effet favorisant la perte de poids.

Deux autres études cliniques ont donné des résultats allant dans ce sens. Mais elles ne permettent pas d’évaluer l’effet spécifique du yerba maté parce que les préparations contenaient d’autres substances actives. Dans le premier essai , des chercheurs ont montré que le yerba maté mélangé à du guarana (Paullinia cupana) et à de la damiane (Turnera diffusa) ralentissait la vidange de l’estomac. Cela permettait de prolonger le sentiment de satiété et de faciliter le contrôle de l’alimentation12. Dans la seconde étude, la consommation d’une boisson énergisante commerciale, contenant des extraits de yerba maté et de la caféine, a augmenté la dépense énergétique de jeunes adultes en bonne santé.

Fatigue mentale et physique. En se fondant sur son utilisation dans des systèmes de médecine traditionnelle bien établis ainsi que sur des études in vitro et menées sur des animaux, la Commission E reconnaît, depuis 1988, l’usage médicinal du yerba maté pour combattre la fatigue mentale et physique.

Usages traditionnels. Il est admis que le yerba maté peut stimuler le système nerveux central, augmenter la tension artérielle et soulager un mal de tête résultant d’une mauvaise circulation sanguine périphérique, en raison de sa teneur en caféine11. On l’utilise aussi traditionnellement pour soigner les douleurs rhumatismales, mais on ne dispose pas de données scientifiques à cet égard.

Yerba maté/éphédra : une association dangereuse. On sait que la caféine a un effet coupe-faim. C’est pour cette raison qu’on a utilisé des extraits de yerba maté dans des produits amaigrissants, en association avec l’éphédra. L’association caféine/éphédra peut favoriser une légère perte de poids à court terme, dans le cadre d’un régime faible en calories. Cependant, l’utilisation de ce type de produits n’est pas recommandée. En effet, non seulement l’éphédra et l’éphédrine ont de puissants effets stimulants potentiellement dangereux, mais la caféine les augmente.

En mai 2006, Santé Canada a émis une mise en garde, qui est toujours en vigueur, contre la consommation de produits amaigrissants contenant de la caféine et de l’éphédrine (cette dernière peut aussi être mentionnée sous les noms de ma huang, éphèdre ou éphédra sur l’étiquette)14. À noter que la vente de produits contenant à la fois de la caféine (yerba maté, café, guarana, thé vert, noix de kola, etc.) et de l’éphédra ou de l’éphédrine est interdite au Canada.

En novembre 2010, Santé Canada a émis un avis indiquant la saisie de produits de santé non homologués dans 2 magasins de Colombie-Britannique. L’un d’eux – Red Devil® (Red Devil) – contenait de la caféine (yerba maté) et de l’éphédrine.

Divers. Les feuilles du yerba maté contiennent de grandes quantités de différentes substances antioxydantes, en particulier des polyphénols. La plante suscite de plus en plus l’intérêt des scientifiques, car ces substances aident à réduire les risques de certains cancers et jouent un rôle protecteur sur le coeur et les vaisseaux sanguins.

Des études chez l’animal indiquent que le yerba maté détruit les cellules cancéreuses du foie, mais aucune étude clinique n’a évalué son effet chez l’être humain.

Précautions avec le yerba maté

Attention

Avis aux sportifs et aux personnes qui cherchent à perdre du poids en abusant des suppléments contenant beaucoup de caféine : une intoxication à la caféine risque d’entraîner la rhabdomyolyse, un trouble qui peut causer des lésions musculaires graves et irréversibles.
La consommation abondante et répétée de yerba maté pourrait être associée à une plus grande incidence de certains cancers, notamment ceux de la bouche, de la gorge et de l’oesophage. L’agression répétée des muqueuses par la température élevée du breuvage est une hypothèse avancée pour expliquer l’augmentation de ces cancers du tube digestif. Toutefois, elle n’explique pas tout et certains auteurs soulignent le rôle néfaste que joueraient des substances cancérigènes présentes dans le processus de transformation de la feuille de yerba maté.
Contre-indications
La caféine est généralement déconseillée aux personnes qui souffrent de maladies cardiaques, d’insomnie, de troubles anxieux, d’ulcères gastriques ou duodénaux, d’hypertension artérielle.
On ne dispose pas de suffisamment de données pour conclure à l’innocuité du yerba maté chez les enfants et chez les femmes enceintes ou qui allaitent.
Pour en savoir plus sur les dosages quotidiens maximaux de caféine fixés par Santé Canada pour les enfants (2,5 mg par kilo de poids corporel), les femmes enceintes (300 mg) et les adultes (de 400 mg à 450 mg), consulter notre fiche sur la caféine.
Certaines préparations commerciales de yerba maté peuvent contenir des champignons microscopiques qui peuvent résister à la chaleur (Aspergillus) et faire courir un risque d’infection aux personnes ayant un système immunitaire déficient.
Effets indésirables
La caféine que contient le yerba maté peut causer de l’insomnie, de la nervosité, de l’agitation et de l’irritation gastrique.
Prise en grande quantité, la caféine peut provoquer des nausées, des vomissements, de l’hypertension artérielle, des palpitations cardiaques, de l’arythmie, une accélération de la respiration, des crampes musculaires et des maux de tête.
La consommation prolongée de caféine provoque une dépendance. Le sevrage peut entraîner des maux de tête, de l’irritabilité, de la nervosité, de l’anxiété, de la somnolence, des étourdissements et de la confusion.

Interactions du yerba maté

Avec des plantes ou des suppléments
L’éphédra peut exacerber les effets stimulants indésirables de la caféine, ce qui pourrait provoquer, en cas d’abus, des évanouissements et même un arrêt cardiaque. Les produits qui combinent ces 2 substances sont interdits au Canada, mais l’association caféine/extraits d’orange amère (la plante qui a remplacé l’éphédra dans les cocktails aux supposées vertus amaigrissantes) est permise. Elle peut toutefois avoir les mêmes effets indésirables.
Les effets stimulants du yerba maté s’ajoutent à ceux des aliments, boissons et autres produits qui contiennent de la caféine.
Avec des médicaments
La caféine contenue dans le yerba maté peut :
– augmenter les effets d’analgésiques comme l’acétaminophène et l’acide acétylsalicylique, mais aussi en augmenter sensiblement l’absorption (de l’ordre de 40 %), ce qui peut être dangereux dans le cas de l’acétaminophène (toxicité du foie);
– diminuer les effets des sédatifs et des calmants comme les benzodiazépines;
– augmenter les effets indésirables, notamment les effets cardiaques, de la théophylline et des bronchodilatateurs;
– augmenter les effets indésirables associés aux stimulants du système nerveux central comme l’éphédrine.
Cimétidine. Ce médicament prescrit aux patients souffrant d’ulcères gastroduodénaux a pour effet de ralentir considérablement l’élimination de la caféine par l’organisme, ce qui peut augmenter les effets indésirables de cette dernière.
Clozapine. La caféine peut exacerber les effets et la toxicité de ce neuroleptique.
Antiacides. La caféine peut contrer l’effet des antiacides parce qu’elle stimule la production d’acide par l’estomac.
Alendronate. La caféine peut inhiber l’absorption de ce médicament prescrit pour prévenir et traiter l’ostéoporose. Éviter de prendre de la caféine 2 h avant et après la prise du médicament.
Anticoagulants/antiplaquettaires. La caféine peut augmenter le risque d’hémorragie chez les personnes traitées avec des anticoagulants.
Nicotine. La caféine peut augmenter le risque de dépendance à la nicotine.
Autres. Parce qu’ils font augmenter le taux de caféine dans le sang, l’alcool, les contraceptifs oraux, l’oestrogène et certains antibiotiques (disulfiram, riluzole, terbinafine, verapamil, fluvoxamine) peuvent en accroître les effets indésirables.